Partagez

Je fais un pas. – Le vent souffle. Que me dit-il ? 

J’en fais un autre… et dans son langage subtil, 

À mots de feuille, à mots d’herbes, à mots de branche, 

Il me parle et j’écoute ! Ici, la fleur se penche, 

En courbant son front blanc. – Elle écoute, elle aussi. – 

L’arbre lui fait trembler son feuillage épaissi.

C’est l’été ! C’est Juillet ! Dans l’ombre tout discute ! 

La marguerite quand le vent la persécute, 

Hoche si lentement son front parmi ses soeurs ; 

Qu’il semble que le vent lui dise des douceurs.

Après tout, pourquoi pas ! Après tout, c’est possible ! 

Car tout dans la nature âme aimante est sensible.

Mais, que me dit le vent ? : « Marche par les chemins

Et laisse tes soucis dans ce bois ! » Mille mains

Agitent des buissons leurs frêles doigts d’écorce

Et je m’en vais armé d’une nouvelle force. –



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes