Partagez

Que la vie est triste et rude
quand seule on est, sans un ami,
cloîtrée je suis dans ma solitude,
avec pour compagnon seul, l’ennui.

Depuis je fuis mon miroir,
Jadis il m’était si fidèle,
c’est une autre que je vais voir,
moi j’étais beaucoup plus belle.

Heureux hasard un jour pourtant,
j’ai repris mes jolies couleurs
lors je t’ai vu, prince charmant,
qui sait me parler avec douceur.

Des paroles pleines de tendresse,
traduites en vers si passionnés
qui font l’effet de belle ivresse
de mon faible coeur, à toi abandonné.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 9 votes