Partagez

Gémissante entre les bras du sommeil
Je te contemple sagement endormie
Rêvant, cacher ton amour soleil
D’un humble petit tamis

Toi qui refuses de t’avouer vaincue
Pourtant de ce que tu m’éprouves
Tu ne peux qu’être convaincue…
Ta soif en moi, tu la retrouves !

Dans mes regards emplis de tendresse
Mes mains tremblent dès l’approche des tiennes
Quand tu viens au-devant de mes caresses
Et tes insistances à t’en faire mienne

Je t’embrasse d’un regard velours
Par crainte de porter atteinte à l’amour…
N’avoue rien, laisse encore mûrir ton cœur
Le meilleur parfum n’émane que de toi, ma fleur

J’aimerais déposer mille baisers ardents
Sur les rondeurs de ton horison rutilant
J’aimerais labourer, cultiver et semer
La rime dans tes profondeurs mon aimée

Mais je te laisserai encore mûrir
Me contentant de tes angéliques sourires
Et de tes caresses innocentes
Parfumés de musc et de menthe

@ Hoison Rutilant_ Tous droits réservé
( Les maux du silence)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.22 sur 23 votes