Partagez

Je me couche à ton jour, je me lève à ta nuit,
Bienheureux mon amour, malheureux mon ennui.

Je me plie à ton joug, je m’évade à ta page,
Bienheureux mon écrou, bien aimé ton image.

Je me couche à mon tour, je me lève à minuit,
Bienfaisant ton amour quand il sourd de mon puits.

Je m’enivre à tes yeux, je m’amuse à ton rire,
Bienveillant pour nous deux, malveillant pour le pire.

Je me couche à tes pieds, je me lève à tes lèvres,
Éperdu Lancelot, bienveillante Guenièvre.

Je m’en tiens à ton nom, j’éconduis mes nuages,
Malvenu mon chagrin, bienvenu ton visage.

Je me couche à l’écrit, je me lève à l’oral,
Bien-pensant pour ton âme, allégeant à ton Graal.

Je m’enfuis de ma tour, je m’enchaîne à tes grilles,
Malappris mon amour qui s’habille en guenilles.

Je me couche à ton cœur, je me lève à ton âme,
Bienvenu mon bonheur, bienvenue gente dame.

Je me lève à l’aurore, je me couche à point d’heure,
Pour te parler encore et t’aimer à demeure.

Je me couche à ton huis, je me lève à ta porte,
Et s’il faut m’en aller, que le diable m’emporte !

Je me couche à ton lit, je me lève à ton aube …
Pardon pour ton écharpe et pardon pour ta robe!



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.91 sur 34 votes