Partagez

Je suis là et je me vois
Dans les bras de celle
Qui fut ma foi et ma loi.
Je l’appelle, mais elle
Ne m’entend peut-être pas.
Je crois que je n’ai plus de voix.
Mon corps s’en va vers l’au-delà.
Je ne suis plus que poussière.
Ni mes pleurs ni mes prières
Ne me feront revivre
La douce chaleur dans ses bras.
Je me souviens alors
De ma vie ici-bas,
De mes jours et de mes nuits,
De ses rêves et de mes insomnies,
De sa présence et de sa belle voix,
De ma tristesse et de sa folle joie
Quand, chaque matin, elle me voit.
Je suis encore là,
Mais cette image s’en va:
Je ne me vois plus nulle part.
Je crois que j’ai pris le départ
Avec ce vent chaud qui a soufflé
Sur mes jours pour les brûler,
Et ce temps, dans ma maison,
Qui vient, très tôt, m’emmurer,
Et cette mort qui vient à temps,
En galop sur un cheval blanc
Pour m’emmener quelque part…
Le soleil brille mais il fait noir.
Est-il déjà trop tard ?
Dois-je dormir ou me réveiller,
Me souvenir ou oublier
Que mon bonheur était bien vrai
Mais ma vie, un vrai cauchemar.

Younes ZEMNI.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.65 sur 23 votes