Partagez

Je ne puis trouver,
Ô! ma Rose
Une parole censée,
Une prose
Pas même un vers
Désormais
Rien dans l’univers
Ne saurait
Décrire cette flamme
Ce désir
Me consumant l’âme
À mourir.

Je ne puis, ma Rose
Te prouver
Que mon cœur morose
À trouvé
En toi, une raison de vivre
Et respire
Ton parfum, lui rendant ivre
Faisant proscrire
Cette phrase banale en son sein:
«Ci-gît :
Une victime du chagrin»
À vie!

Mon cœur, étranger à la joie
Au bonheur
Hésite quelque peu, à la fois
De peur
Et d’étonnement
Mais l’amour
Noble et doux sentiment
Moins lourd
L’invite à être, ce soir
Ô Rose!
Qu’aux creux de tes seins
Repose
L’amour de mon destin



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes