Partagez

Je nous vois dans les montagnes de Kabylie

De village en village, dans ses forêts

Je nous vois au Djurdjura si joli

À Azzefoun, sur ses plages à errer


Je nous vois un jour tous les deux

Après de longues années d’éloignement

Se retrouver dans un de ces lieux

Où on ne compte plus le temps


Dans ton village au pied de la montagne

Je nous vois marcher dans ses champs

Se racontant la nostalgie de la compagne

Les traditions d’autrefois et les chants


Je me vois comblé par ta présence

À mes côtés un jour de printemps

Dans mon village et lieu de naissance

Là où mes beaux souvenirs d’antan


Je te vois me confier tes peines

Je me vois te confier les miennes

Ressuscitant  l’amitié tant rêvée

Le jour où nos âmes vont se retrouver


Je rouvre les yeux et je vois la solitude

Ton absence devenue une habitude

Ma muse qui dégage son ultime souffle

Et cette réalité qui m’époustoufle


Rêve tu étais, rêve tu redeviens

Peut être un jour d’un futur loin

Ton chemin croisera le mien

Notre histoire aura-t-elle une autre fin ?

                       


*Un petit coucou pour vous amis poètes et poétesses, j’espère vous allez bien !  Je vois que la croisière a fait du chemin. Je suis triste de savoir que le site risque la fermeture. J’espère  bien qu’il trouvera repreneur et que cette fabuleuse ligue rayonne toujours *

Mes amitiés  

Amazigh Dré 



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 20 votes