Partagez

Elle pense à lui, qui,
dans la rue s’affaiblit.
Elle pense à lui
en ces jours de folie.
Lui qui avait tout
Lui qui a tout perdu
se retrouve à la rue.
Il serre les dents
de cette pluie en dedans.
On entends le ruisseau de ses larmes
se verser sur son âme
qui s’étouffe et se pâme.
Ses vêtements salis
s’éliment de toutes parts
et ses yeux s’égarent.
A t il le choix ?
Se redresser
Ou se laisser mourrir.
Elle l’invite à s’asseoir
autour de la table.
Un peu hébété
De ces nuits dans la rue, esseulé.
Il lui faut un temps avant qu’il ne se laisse accueillir
et esquisse un timide sourire.
Dans cette pièce, la douce chaleur
ravive ses couleurs
Ses paupières s’emballent aux flots de lumière
et soudain, la magie opère.
Son regard s’anime et brille,
et son visage, d’une lumière scintille.
Retrouver son identité,
sa dignité.
Ses mains se réchauffent autour de la tasse
et ses doutes s’effacent,
entonnant le chant des possibles.
Tout excité,
il se met à parler
vite,
très vite,
plus rien ne peut l’arrêter.
Il souffle sur ses mains gercées.
Ses gestes s’accélèrent
sur un tempo de mots divers.
Elle pose sa main sur son bras
et l’invite à respirer
Sur le récit de ses maux d’hiver.
Un peu plus en confiance,
Sa bouche dessine un sourire enfantin.
Il rit.
De ces mains tendues
il se sent reconnu,
aimé, compris.
Ce soir il ne dormira pas dans la rue.
Il peut repartir,
plus serein,
le coeur regonflé,
le buste redressé
et plus confiant.
Il entonne un refrain
Qui lui fait du bien
et en partant lui fait un signe de la main.
Ses yeux sont brillants de vie,
cher ami,
pétillants de joie.
Maintenant est là,
Et I’espoir a déjà construit demain.

PJ – 12/16 / 15/09/17 – LDP 30



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 12 votes