Partagez

Ils ont changé ma vie et pensent que j’en mourrai

Ont brisé mes ailes pour ne plus pouvoir voler

Mais mes odes sont des avions en papiers

Disponibles à m’embarquer sur les ailes de ma propre liberté

Ils pensent priver mon regard de voir les mouettes, voler

Ont entouré  la mer de clôtures 

Pour que je ne puise lui narrer mes souvenirs et laver mes bleus

Ils ont essayé de tamiser le soleil 

Pour que ses rais ne me réchauffent plus

En deux mots, ils ont enterré le calumet de paix

Et déterré la hache de guerre

Mais je n’aime pas les conflits, peu importe leurs lois

Je ne suis que poète 

Ils m’ont mise dans une cage en fer

Ou mon cœur en verre,  mille fois se meurt 

M’ont privé de ma liberté qui pour chacun de nous est très chère 

Et chaque matin mon pas est ligoté,  boîte et se meurt

Ils ont changé ma vie d’oisillon libre à prisonnier

M’ont tourné le dos et je ne trouve que les odes 

Qui m’enivrent et me font oublier

Leurs sentiments qui me givrent et j’en meurs 

Ils sont sentinelles de mes matins

Mais ne peuvent êtres jamais Maitres de mon cœur, ni de mes rêves  

Ni sodomiser mon corps quand il s’évade de la cage

Et devient feuille verte

Ni  priver mon âme à danser avec son rêve amant 

À la musique du vent, ni pouvoir me parfumer de la rosée 

Dans les bras de l’amour et des fleurs

Vous pouvez appliquer vos lois, vos ordonnances

Et vos décrets à la noix, sur moi 

Savez vous que je suis l’amour veilleur sur vos toits

Quand vous dormez à points fermés sous vos draps

Et ce germe qui à la danse de la pluie

Monte au ciel descend, se plante dans la terre

Au seuil de la demeure du temps 

Je ne suis après tout qu’une poétesse sensible au féminin 

Qui à l’aurore sourit et ouvre à la vie ses bras, chaque matin 

Ses penseurs ingrats ne sont que des voleurs de rêves

Pourtant,  je ne suis que l’image de Leïla et de Juliette

Je ne fais que dessiner mon mal de l’amour qui renie et rejette

Quand  la douleur sur la peau, crie et entaille

Je recherche la douceur de ses bras et son baiser sur mes lèvres 

Maissa Bouttiche, Algérie



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.94 sur 842 votes