Partagez

J’aimerais te raconter ce voyage,
Mais avant, il me faut, les yeux fermer.
Pour mieux revoir ces paysages,
Qui restent dans mes souvenirs, imprimés.

Je revois les lacs de Patagonie,
La neige sur les Andes,
Des animaux que l’on n’a pas ici,
Et ces fleurs, ces plantes.

Je revois la Terre de Feu,
Où se dressent non loin,
Ces glaciers majestueux,
Dont on ne voit jamais la fin.

Je revois le bout de la route,
Ce bout du monde à Ushuaïa.
Et mon peso jeté à la mer, sans doute,
Pour réaliser des rêves, oubliés déjà.

Je revois les plages du Pacifique,
Les danses chiliennes,
Et ce folklore magnifique,
Des beautés sud-américaines.

Je revois les vignes de Mendoza,
Les ballades à vélo,
Et les escales dans les bodégas.
Et nos beaux dégâts à l’apéro…

Je revois Buenos Aires, la capitale,
Du quartier populaire de la Boca,
Aux rues chics du centre, bien horizontales.
Où tous prient ce dieu : Maradonna.

Je revois ces rencontres humaines,
Ces partages quasi quotidiens,
De ceux qui n’ont rien, mais donnent quand même.
Ils ont cette simplicité des gens bien.

Je revois ces pays traversés,
J’entends encore de cette langue, en écho,
Ces doble « l », comme chantés,
Ce Castellano, prononcé « Castéchano ».

Je revois ce voyage salvateur.
Qui, de découverte en découverte,
M’a fait grandir, et donné tant de bonheur.
Cette histoire se termine, mes paupières sont ouvertes.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes