Je suis à Vendre

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Pinterest
Share On Reddit
Contact us

« Je suis à vendre
Malgré mes 20 jours dans le désert
Malgré mes vêtements en loque
Malgré ma dignité en haillons, je suis à vendre
Oui, Je suis à vendre
Le sable et la crasse ne sont rien
Je peux me laver
Si tu m’en laisses le temps, oui tu sais je suis à vendre
Je suis à vendre
Tu peux voir mes mains déchirées
Où le sang séché a sculpté au surin
Mes sentiers de misère, je suis à vendre je te dis
Je suis à vendre
Comme ma sœur et ma fille et mon fils
Mais plus ma mère, tu l’as tuée hier
Pour un refus malheureux de ne pas te satisfaire, elle aussi était à vendre
Je suis à vendre
Tu m’entends
C’est bientôt les fêtes de fin d’année
Je peux facilement passer dans la cheminée
Et Je suis déjà noir
Pas besoin de me maquiller

JE SUIS À VENDRE
C’est ça tu as bien lu
As-tu pensé à moi?
Pas pour me libérer, non
Mais pour m’acheter
Je te dis que je suis à vendre
Je ne l’ai pas décidé
C’est ainsi depuis des décennies
Depuis que l’on a, que tu as, confisqué mon pays
Depuis que tes pères nous ont béni sous Jésus Christ
Et sans cesse la menace que la caravane passe
Et repasse
Voraces,
pas un pas sans que des hommes trépassent
Rapaces,
Il n’y aurait pas de place pour toutes les races
Alors vendez tout
Vendez nous
Et qu’on en parle plus
Faites disparaître tous ces corps de suie aux cheveux crépus
Mais regarde
Juste prends deux minutes à me regarder
À regarder mon voisin aux épaules lacérées
À regarder ton supérieur à l’œil de chien affamé

Ne sommes nous pas tous métissés
Ne sommes nous tous de sang mêlé
Ne penses tu pas que celui de mon père n’a pas rejoint les torrents de 14 où celui du tien coulait déjà lentement
Quand la Terre se gorge du lait de nos veines, penses-tu qu’elle les divise et les stocke séparément

Regarde moi
Je n’ai rien
Pourtant je suis toi
Tu veux m’acheter et me revendre
Or c’est toi qui te vends

Alors vends moi je te dis mais…
Tu n’auras pas la magie de mes nuits ancestrales
Tu n’auras pas mes rires, mes rivières infernales
Tu n’auras pas mes griots et l’or de ses chants
Tu n’auras pas mes danses et ses rythmes envoûtants
Tu n’auras pas ma noblesse et la beauté de nos femmes
Tu n’auras pas mes soleils rouges et la savane qui se pâme

Tu n’auras rien
Tu ne verras rien
Car tu ne sais pas voir
Tu n’as même pas vu que c’est Moi qui ai le cœur blanc
Et que toi, ton âme est noire »


Donnez votre note:
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
Aucun vote pour l'instant


A découvrir aussi sur le web:

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez être connecté: