Partagez

Ne respire pas mon parfum,
Ne vénère pas ma beauté,
Ne chante pas les refrains,
De mes gémissements sous toi,

Lève tes regards sur mon corps,
Quand le tien brûle de désir,
Ne cherche pas ma parole,
Pour t’apaiser et te servir,

Ne me comble pas un jour,
Avec des douceurs infinies,
Pour m’accabler de tes injures,
Le jour qui vient après,

J’ai un cœur si fragile,
Et aussi grand que la terre,
Comme un trognon agile,
Il a su te faire grandir,

C’était ta main dans la mienne,
Que le monde était bâti,
Il n’y avait pas de haine,
On était né dans l’égalité,

Je suis ta mère, je suis ta sœur,
Je suis ta femme, je suis ta fille,
Il est grand temps de changer les mœurs,
Et essuyer les dédains en longue file,

Je suis le centre de l’univers,
Car je le porte en moi,
Et je défis avec mes vers,
Le monde qui continue sans moi,

Je suis tout simplement
Une femme,
Et pour que tu voies le jour,
Je dois te porter en moi.

Ana Lina
Tous droits réservés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.55 sur 11 votes