Partagez

Je voulais te bâtir un alcazar de rêves
fait de morceaux de moi distillés en sonnets,
reflets des brins de toi, ceux que tu rayonnais
illuminant d’argent nos rencontres si brèves ;

Te tisser un nuage afin que tu t’élèves
sur ses ailes de vers comme des sansonnets,
en souvenir d’alors, des mots que j’adornais
sur les lettres d’amour du premier des élèves ;

Être ton parapluie et l’ombre d’un auvent
te protégeant de l’eau, du soleil et du vent
et le doux arc-en-ciel qui sourit à ton âme ;

Et me fondre dans l’air afin de devenir
la fragrance d’un songe émané d’un soupir
en enivrant ton cœur pour effacer mon blâme.



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant