Partagez

J’en ai vu un qui portait un calot
Puis un second vêtu d’une soutane
que blâmait une satanique gitane
elle détestait la France et ses camelots!

Un soldat hystérique fut mis au repos
Il venait d’égorger un pauvre immigré
Sous les bravos d’une foule libérée!
Je pris la défense du joueur de pipeau.

Les sermons sourient aux audacieux
Il fut décréter l’arrivée du bonheur
Comme un printemps tôt malicieux
Célèbre la flore avec tous les honneurs!

Je m’égare sur le chemin du mentir
J’en ai vu un qui portait sa douleur
Il était grand, noire était sa couleur
Personne eut pitié de son repentir!



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 4 votes