Partagez

Jeu de cartes

La reine de cœur tombe, morte,
dans les bras du roi de carreau.
Sur le carrelage, un marteau.
Il l’a tué, pourquoi?.

Elle s’est donné à l’homme de main de surcroît.
Ses sales mains ont touché ses jolies courbes.
Mais quelle carte a trahi la reine fourbe ?
Celle-ci sera bannie dans l’arène.

Valet de pique, courbe l’échine.
Meurtri dans son corps.
Prisonnier de son désir enflammé.
Car dame de cœur l’a ignoré.

Le valet a donc, avoué au roi,
l’infidélité, de celle qu’il l’a rejeté.
Piqué dans son orgueil, le roi a tué.
Son cher valet de pique doit payer.

Valet de pique, l’amant, est attristé.
Pleure sa maîtresse attitrée.
Il ne pourra plus caresser sa belle.
Vivre dans le pêché originel.

Valet de trèfle, a tiré le joker.
Le roi de carreau, mourut à ses pieds.
Mais, il ne peut vivre sans sa dulcinée.
Fini les jeux interdits, ainsi il se suicide.

Qui a tiré l’épingle, de ce jeu stupide.
Sur la table les cartes sont tombées.
En amour comme au jeu, il y a un perdant.
Le joker lui vous salue, en souriant.

À tous les jeux de carte mortel, il est vainqueur.
Celui qui tire le joker est au fait condamné.
Cette carte est dépourvue de cœur.
Toutes les cartes sont damnées.

Béatrice Montagnac



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 11 votes