Partagez

Quand arrive la pluie dans nos contrées,

Les habitants se réveillent tout gais,

Les enfants surtout, émerveillés,

Courent dans tous les sens, habits mouillés.


Nos commerçants s’accordent une exception,

Ferment échoppes et alimentation,

En famille, improvisent excursions,

Profitent ainsi de ces ablutions.


Les gens n’ont même pas de parapluie.

Du tonnerre et des éclairs, très réjouis,  

Oublient  écoles, terres et établis,

La bienvenue leur chasse tout ennui.


Les routes inondées font des flaques,

Certains carrefours deviennent des lacs,

Où il ne leur  manque que les barques,

Mais de leur joie, ils  ne  se démarquent.


La pluie chez nous, n’est pas trop fréquente,

Notre terre, guère verdoyante,

La chaleur du soleil, trop présente,

La pluie bien clémente, est  en attente.  


Pour sa rareté, on la désire,

Sa longue absence fait craindre le pire,

Ses précipitations font bien courir,

Étendre  la bonne humeur, les rires.


Ab.SALEMI Le 23 mars 2018.

Tous droits réservés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5.03 sur 373 votes