Partagez

Fait-il jour à minuit au soleil de mon âme nue ?
Tout semble tellement beau, même le chant du poète
Quand je défie mes blessures, il me vient une larme muette
C’est banal d’avouer que nous sommes de tristes inconnus !

J’ai traversé cette fin de siècle, de la tribu revenu
Petit à petit sont tombées mes dernières conquêtes
Dans l’ignorance qui me guide, mon destin prévenu
Je progresse sans autre animosité ni prochaine requête

Est-il une douleur, plus douloureuse qu’assassine?
Cet aujourd’hui lent, qui sûrement me consume
Offre trop de sottises aux sagesses que j’imagine

Tu es l’arbre qui découvre une certaine amertume
La vie et la mort, le désordre de toute une forêt

Cette protestation qui attendrit ma volonté égarée !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.5 sur 4 votes