Partagez

Il pleut dehors comme il pleure dans mon cœur
Un déluge de chagrins de mon deuil souvenu
Qui charrie, mugissants flots, la perte d’une sœur
La plus jeune, la plus douce, celle qui m’a soutenu

Dans les peines, les tracas de l’exil qui m’engonce
Cloaque de vie où se trament les nouvelles meurtrières
d’amertume , couleur de suie, on vint me faire l’annonce
Qu’à l’aube, rappelée à Dieu , à l’heure des prières

Il coulait ce robinet comme ruissellent mes larmes
Et qui attendait vainement le creux de ses mains
Inachevées ablutions, merveilleuse pieuse dame
Qui commençait sa journée en pardonnant ses lendemains

Sans adieux à ses proches, ses amis, ses enfants
Sans guirlandes de sourires qui apaisent, qui rassurent
Jour de pluie en mon cœur tout ce mal étouffant
qu’est ce destin qui nous déchire par soudaines ruptures



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 8 votes