Partagez

1 – Journée

Comme les fleurs sont bleues et belles
Et les chants d’oiseaux mélodieux
C’est le printemps qui t’ensorcelle
Et ses parfums sont merveilleux
Tu te remplis de ce doux rêve
Bien que le sachant pernicieux
Mais il y a si peu de trêves
En l’ici-bas qu’il vaut peut-être mieux
Ignorer cette ombre sur la crête
Détourner la tête et les yeux
Feindre que celui qui te guette
Si c’est le Diable, il est bien vieux
Et qu’à tout prendre, ce pauvre hère,
N’est pas plus responsable que Dieu.

2 – Soir

L’on se voudrait patient,
persévérant,
comme la tisserande de l’espoir.
Trop enclin pourtant,
aux mélancolies inopinées.

3 – Nuit

Il y a le loup à la lisière
Ombre chinoise
Sombre silhouette
Nul ne le voit
Nul ne le guette
Il y a le loup à la lisière
Un loup de noire quête
Et les chauves-souris
Gardiennes petites
Des mondes inverses
Volent en escadres discrètes.

Se dresse enfin
Le conducteur de rêves –
Et son troupeau –
Il entame sa tournée
Et distribue à tout un chacun
Son dû.

4 – Matin

Il n’est pas froid
Il n’est pas gris
Ce matin
Il est frais
Bleu et jaune

Tout porte à croire



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant