Partagez

Jusqu’au dernier souffle
Le rythme inspire
La sereine moisson
Qui s’amarre
A l’écorce fragile

L’outrage flambe
Au bord du gouffre
Au centre du hasard
Couronné

La fontaine nouvelle
Ouvrira
La porte du crépuscule
Qui retenait l’instinct captif
Pour nous offrir
Une autre direction.

Pierre Poquet
DANS LE SILENCE DES OLIVIER



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes