Partagez

Ce n’était ni un poète, ni un artiste
mais dans le quartier, on l’aimait bien
notre vieil accordéoniste
quand tous les dimanches, il venait faire la manche sur la place publique Son accordéon était son seul bagage
pas de testament encore moins d’héritage
il semblait venir de très loin
d’un chemin lointain où rien ne s’efface
et où les traces restent nos empruntes sur nos visages

A travers ses doigts souples et élastiques
ses notes de musique,si envoûtantes
et magnifiques
vibraient.s’affolaient,et s’envolaient
vers un monde magique et féerique
Parfois il laissait son coeur chanter
à travers de vieux airs de musette
il semblait si heureux dans son corps
et dans sa tête
et tous les dimanches pour lui étaient
jours de fêtes.
A travers ses yeux et son regard
tout porté à croire
qu’il aura vécu d’amour et d’espoir
notre vieux accordéoniste,sans succès
ni gloire
qui était là tous les dimanches
à faire la manche sur ces longs boulevards.
Il jouait sa musique en n’y-mettant tout son coeur
notre vieux accordéoniste
un artiste nostalgique et un peu rêveur.

Écrit par Faudel dani



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes