Partagez

La nuit et le jour se fondent et se confondent,

Les brumes du matin sur fond d’écrin s’estompent,

Mes yeux admiratifs dans l’horizon s’inondent

L’infini se dessine pour ma vue définie.

Éphémère l’instant pour ce ciel infini.

Rouge, ocre, pâle orangé de la vie,

Lentement, tu  quittes ton habit de nuit,

Mon souffle retenu assiste a l’ébloui.

Le soleil apparaît , c’est enfin la lumière,

Quelques instants encore tout comme une prière,

Je ferme mes paupières pour bien sentir la vie,

Qui réchauffe mon cœur échappé de la nuit..

L’oiseau sorti du nid pousse son premier cri,

La rose et la tulipe s’abreuvent de rosée,

Le ciel bleu illumine le jardin coloré,

C’est la vie qui s’éveille pour une autre journée.

Mary



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 17 votes