Partagez

Ma plume m’a manqué
Mes mots m’ ont boudé de ne plus me lire
Mes pensées ont arpenté mon absence
Sages, mes songes ont levé l’ ancre
Pour les sillages turbulents de mes tourments
Heureux celui dont le coeur vole
Volontiers haut, libre et serein
Il n’ y a point d’ amour sans larme
Point de nostalgie sans vague à l’ âme
Point de ciel sans nuage
Combien on sache marcher sans trébucher
Contourner les écueils
Veiller à ne point rouler sur les galets ardents
Des torrents houleux de l’ écume des cimes
On ne nous apprend pas à nous méfier de tout
Du refrain mielleux
La vie n’est pas facile
La vie n’ est pas docile
Et bien suivons ce long fleuve tranquille
Rêvons ses méandres exotiques
Et gard à ses fontaines magiques
De tes eaux je ne boirai plus. . .
L’ histoire est bien pernicieuse
Se répète
Et les apparences s’avèrent fallacieuses. . .
JT



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 3 votes