Partagez

Il y a trop de malentendus que l’on écoute pas
trop de non-dits qui se muent dans les cris
la tendresse comme un insecte, s’envole, puis s’échoue là
l’affect comme la vie accepte l’euthanasie

Pas assez de souvenirs ancrés dans nos ébats
ponctués de maladresses dans des mots chimériques
l’avenir tel une pieuvre étend lentement ses bras
et ce sera sans toi qu’il jouera sa musique

On ne se vend pas à des mensonges, pas plus qu’à son autre
je pars n’ignorant pas que la douleur saignera
instants gâchés et passé mort qu’aucun apôtre
n’osera écrire en évangile gravé « et-cetera »

Point de suspense en ions, atomes trop peu crochus
on doit savoir quitter le drap quand les trous le mitent
Alors a ta santé ma douce, elles nous auront bien eu
ces colères virevoltantes comme d’odieuses termites.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 12 votes