Partagez

La Belle Randonnée

C’est un chemin de pierre qui longe la rivière,
Il est très tortueux, avec beaucoup d’ornières,
Se perd dans le maquis le thym et la lavande,
Avec des fleurs sauvages plus que l’on en demande,

De rouges coquelicots garnissent les massifs,
Ou passent quelques chiens qui sont non agressifs,
Mais gardent les moutons, protègent les troupeaux,
Encadré d’un berger qui nous attend là haut,

Ce chemin je le prends comme un loup solitaire,
Quand parfois je me sens malheureux sur la terre,
Pour rejoindre au sommet en pleine zénitude,
Mon ami le berger, vivre sa solitude,

Alors lorsque je vois planer dans la vallée,
Les beaux oiseaux de nuit qui s’en vont par volées,
Dans la pale blancheur d’un matin éblouissant,
J’ai envie d’essayer d’atteindre le versant,

Le temps s’est arrêté comme s’il était en pause,
Je prends mon sac à dos, c’est à peine si j’ose,
Quitter ce bel endroit, apaisant merveilleux,
Devant cet inventaire présent devant les yeux,
Ici point de béton, l’horizon est sublime,
Mon dieu que l’on est bien, parmi les hautes cimes,
Pour savourer enfin un peu d’éternité,
Dans ce profond silence et cette immensité.

P. CLEON



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 20 votes