Partagez

La caresse du temps

Les-yeux-du-monde.jpg

Sur nous elle passera, tantôt douce

Bien trop souvent dure pour beaucoup

Par surprise elle se peut agréable

Par traîtrise elle se fera si féroce


Pourvu quel le temps ne me rattrape ! 

J’ai beau essayer de tenir la distance 

Qu’il sera toujours là pour me dire : 

Avance petit et surtout prend garde


Les autres, ces fous

Sont loin maintenant

Fonce vers l’infini 

Car rien ne saurait


Te ramener à bien

Malgré cette minutie

Ni te donner à redire

Car le temps c’est moi 


Celui que j’emploie! 

Mais tu en perds la notice

À vouloir naviguer seul

Comme si tu étais le maître


C’est moi le temps

Parfois je me donne

Quant tu t’adonnes

À vouloir me changer

Va, !

Car tu ne saurais faire autrement.

Ne regarde jamais en arrière

Mais surveille les pourtant

Va, court vers ton ministère


Retrouver goût et envie

Prendre sur toi l’hérésie

La part de mes fourberies

Tout en oubliant qui je suis


Moi ! Je gouverne, je suis

Un étant, une rivière, et

Tout ce qu’il te faut mon ami

Je suis là pour te comprendre

Puis te t’inviter à  : t’enfuir !


Je voudrai mettre les voiles

En naviguer dans l’abstrait 

C’est ce qu’annonçait l’oracle

Je ne croyais pas aux miracles


J’aimerai voguer, un peu pépère
Sur un radeau de pieuses promesses

Émanant de ce vieux pentacle !
Soulevant le yang resté piégé 


Sous le poids d’une vieille morale 

À qui on tire les oreilles, corrompus

En ces moments maussades

Tirés par les ânes de l’anarchie

Faut-il que je vous pose une image

De ces personnes maudites, qui !

Qui n’ont aucun vrai scrupules

Même quand revient le crépuscule

Ou :


Quand les branches alourdies 

se cassent sous un esclandre que clame
L’inconscient qui se croit intouchable, 

bien au dessus de ces obstacles


Court vite, mais tu ne trouveras l’abri

Celui qui assez puissant te couvrira

De ses ailes salvatrices, de ses caresses 

Car vois-tu, je suis  immuable et  (en coeur )<3 


La vie est une caresse du temps
L’objet qui hante chaque présent

Il a érodé nos amours pour être

Nous avons riposté pour paraître

Mais l’amour s’est mis en place

C’est ainsi depuis, je me prélasse

Sur ses rives, convaincu d’être !


(Thierry Titiyab Malet) Texte protégé

Merci à toutes et à tous, heureux d’avoir pu participer à ce concours et content de vous avoir connu et apprécié. Bonne fin d’aventure à vous



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5.14 sur 59 votes