Partagez

La haine est dans l’air frileux, tremblant,
Effrayé par un face à face malsain,
Entre un plaisir sadique et méchant,
Aux babines scintillantes, aux crocs qui ont faim,
Que la langue pleine de gourmandise a lustré,

Et une terreur aux profondeurs électrifiées,
Bercée d’une symphonie de gémissements,
Vibrant au creux de l’obscur parfum
Émanant du sang délicieux, ruisselant,
Esquissant de bien sombres desseins.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.2 sur 5 votes