Partagez

Certains mots sont comme des lames,
Donnent envie de courir, de fuir,
Transpercent le cœur c’est le drame,
Il sombre dans un dernier soupir.

L’âme meurtrie saigne sa douleur
Elle balaye les rêves, les espoirs, 
La souffrance silencieuse pleure,
La mort emporte tout dans le noir.

Cris déchirants abreuvent les démons,
Leurs ombres menaçantes déchirent,
Le soleil devient noir sur les monts,
Par désespoir le corps se plait à subir.

Secousses indomptables démesurées,
Les mots trucident à tort et à travers,
Cascade violente sur des joues brûlées,
L’esprit affaibli  se laisse tomber à terre.

LA LAME DES MOTS © Copyright 2016 Sylvie Badi



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.06 sur 16 votes