Partagez

Cristalline et tiède,
La larme coule de nos yeux,
Larme de joie ou de peine
Elle brule comme le feu.

Elle scintille au clair de lune,
Elle dégouline dans la brume
Qu’elle soit de sel ou de miel
La larme du coin de l’œil veille.

Elle est l’essence de nos cœurs,
Elle nous inonde ou elle se meurt.
Elle nous rappelle l’existence
Quand elle tombe en abondance.

Sur la main et sur la peau
Elle se faufile et donne chaud.
Quand elle éclate en sanglots
C’est la cerise sur le gâteau !

A ce moment précis elle ruisselle
Et nul ne sait ce qu’il adviendra d’elle.
Les yeux des femmes sont si jolis
Quand la larme du coin de l’œil fuit.

Elle est le mystère que chacun porte en soi,
Quand elle survient lors d’un émoi.
Au jardin de nos sentiments
S’écoulent lentement les larmes du temps.

publié dans mon recueil « Résilience »
tous droits protégés©Marie-Hélène COPPA



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.45 sur 33 votes