Partagez

Nous vivons tous dans une geôle
Libres seuls de penser
Sage pensée et pensée folle
S’ enlacant toujours pour danser.

Un jour orageux de janvier,
Quand tu n’auras plus ma lettre
Par le facteur du quartier,
Tu refermeras ta fenêtre.

Déçue et bien triste certainement
De ne pas revoir mes jolies lettres,
Sur le trottoir me croisant, gentiment
Tu me souriras, ne laissant rien apparaître .

La vie est pour tous un problème
Moi je n’en ai qu’un, un seul,
C’est toi rose, par dessus tout que j’aime
Il en sera ainsi jusqu’au linceul.

Mon corps entravé de Lourdes chaînes
Avance vers toi péniblement.
Mon cœur ému par tant de peine
Affaibli, souffre terriblement.

A demi éveillé j’ai vu rayonner le soleil
Quelle splendeur ce tableau de grand maître !
Je l’admirais quand mon réveil
M’ a encore fait penser à ma lettre.

Sans toi sublime rose la vie est absurde
Plutôt morose et souvent rude.
Vers toi j’avance trainant la moisissure
Qui ronge mon cœur et sa blessure .

En raison de ton silence, celui de mes lettres,
Ô reine des jolies fleurs pourquoi me blâmer,
Lors heureuse , viendra le jour où ta fenêtre
Nous refermerons, étant avec toi pour t’aimer.

Belhamissi Sadek le 18.05.2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 18 votes