Partagez

Le vide en mon esprit de brume,
Seule référence qui se consume,
Pèse sur mes pensées perdues et tordues,
Sur ses invitations saugrenues.

Ces rêveries de fleuves aux couleurs
Palpitantes, puis d’un souffle qui a peur,
De cendres dans un brasier de fatigue,
D’un voilier rouillé qui navigue.

Mon esprit se perd dans ces mirages
D’un temps mort en dehors des âges,
Où reposerait tout ce qui fut.

Il se perd dans d’amères chimères,
Sans repères de cette loi crue,
Une destinée reste à faire !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.5 sur 2 votes