Partagez

Certains rêves fleurissent mes jardins
Et viennent tels des parents lointains
Me rendre visite sans prévenir
Et m’abreuver de souvenirs.

Et je m’éveille, matin chagrin
Réminiscences évaporées
Juste une sensation qui s’en vient
Puis qui s’en va, plus loin voguer.

Elles reviendront peut être plus tard
Quand mon sommeil sera brouillard
Me laisseront, impression floue
D’un mystère non résolu, fou.

Et les détails qui s’accumulent
Me laissent perplexe et je recule
Tout cela paraît si réel
Cette notion de vie parallèle

Une vie que j’ai déjà vécue
Un autre lieu, un autre temps
Et tout cela serait perdu
Comme suspendu dans le Néant ?

Cette maison, que chaque fois
Je redécouvre dans mes songes
Que dans cett’ vie, je n’ connais pas
Et dont le souvenir me ronge.

J’y tiens beaucoup, elle m’est si chère
Que depuis tant d’années, j’espère
Comprendre enfin d’où elle s’en vient
Dans une autre vie, m’appartient.

Questions posées sans solution
Et simplement suppositions
Serait ce dans une vie antérieure
Qui n’a jamais quitté mon cœur

Que cette maison était la mienne
Et qu’elle voudrait que je revienne
Chercher dans cette pièce sombre
La clef pour quitter la pénombre.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 8 votes