Partagez

La mer dans ses entrailles profondes ténébreuses
Referme son énigme et la course effrénée de ses vagues bleutées
Réveille en mon esprit une frénésie telle que je reste ébahie
devant tant de beauté

Elle pare souvent d’une écume ailée ses flots aériens et ses rivages nus
Sournoise ne révèle ses talents de tueuse
Que lorsqu’il est trop tard et que nous sommes pris
dans ses rets fracassants et ses sombres replis

Et quand enfin elle s’apaise et embrasse nos sens
les amoureux se laissent bercer par ses caresses
Elle s’infiltre en nous comme un baume puissant
Qui lisse notre ennui et efface le temps la détresse de rester impuissant devant tant de noblesse



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.8 sur 5 votes