Partagez

La mouche

Près d’une coupe où sommeillent de doux fruits
Une mouche vaillante avance sans bruit
Elle tournoie se détourne aiguillonne
Elle s’envole se pose et stationne

Sur une poire ocrée parfaitement sucrée
En se délectant de sa saveur emmiellée
Puis elle prend son essor et on la croit partie
On la retrouve sur une pèche tapie

A la voir on devine qu’elle ponctionne
Du fruit envahi la chair douce et bonne
A quoi bon la chasser sitôt elle reviendra
Achever goulument son succulent repas

On pense qu’elle a fini de sucer sa pèche
Car de rester un peu plus rien ne l’empêche
Mais ses yeux à facettes vous ont aperçu
Vous apprêtant à gouter le fruit entendu

Dès lors elle n’à qu’à attendre pour partager
Avec vous le bien que vous aviez distingué
Pour jouir tel un gourmand de votre en-cas
Sans savoir qu’il serait d’une mouche l’appât

Elle s’approche tout près vous ne la voyez pas
Vous entendez fort bien bourdonner son fracas
Vous devinez l’ennemie il est presque tard
La mouche vous effleure et déjà repart

Vous la souhaitiez guerroyer en d’autres lieux
Pauvre de vous elle a en vous élu son dieu
Du moins le fruit dont vous alliez vous délecter
Seul sans la moindre pensée pour l’humanité

Mais la voila revenue prête à atterrir
Pour la fuir il ne sert plus à rien de courir
Dans la tiédeur d e l’été elle a repéré
L’arome du fruit mûr excellemment miellé

Vous vous emportez vous la chassez d’une main
Qu’elle ne lâche pas auquel elle fait un drain
De son harpon malin elle vous harponne
Jusqu’à ce que sa langue vous vermillonne

Sanguinolent vous laissez votre fruit chuter
Ignorant qu’il sera aussitôt chahuté
Vous vous emportez les deux bras levés au ciel
Vous lancez à la mouche un regard de fiel

Vous menacez durement la moucheronne
Rien ne saurait absoudre la polissonne
Vous vous apprêtez bravement à l’écraser
La broyer la pulvériser la compresser

Sous la masse du pied qu’il vous faudra mouvoir
C’est alors que la futée joue les au revoir
En brandissant votre poignet ensanglanté
Vous jurez protestez de rage sanglotez

Et hurlez file va t en faire la fête
Sous d’autres cieux répugnante pique assiette
Ne reviens jamais car je te reconnaitrai
Te mettrai en pièces et te massacrerai



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.6 sur 5 votes