Partagez

Une mouette s’est posée
semblant épuisée
par son aile cassée
elle vient récupérer.

Dans le Port Lliaga
elle n’a pas choisi
Gala
La barque jaune de Dali
prête à offrir
Ses tendres souvenirs.

Car Gala a prêté ses assises
à de belles promises
qui ont posé leurs délicats fessiers
Le temps d’un bel été.

Non, elle a choisi un simple caisson
enchaîné au ponton
en sécurité sur le sol
galets, sable et parasol.

Descendant du bleu azur
à l’abri des vents
elle panse ses blessures
s’allégeant un moment.

Sous le soleil, ses ailes elle déplie
Et se réchauffe près des fenêtres de Dali
Pour que la guérison opère
Et par le sel et par l’air de la mer.

Elle reprends des forces
En regardant les autres bomber le torse
Dans une danse de séduction
Tango sur la ligne d’horizon.

Elle prendra le temps
De redresser son aile
De garder le brillant
De ses plumes rebelles.

Car rien ne presse
à Cadaquès
la maison de Salvador Dali
a gardé son esprit
et le silence est d’or
dans ce petit port.

PJ- 10/08/17 LDP 19



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 12 votes