Partagez


Tu sais lire mes poèmes avec verve,

Leur donnant tendre lecture, qui sied.

Tu sais impulser  mes fous rêves,

Tendre la main, me montrer où aller. 


Par tes attraits, je suis fort attiré,

Leur encore résister, fait plus souffrir.

De ton image et tes signaux inspiré,

Je ne saurais plus, fuir leur élixir.


Pour apaiser, tes manques et ses soupirs,

Le poète à la plume éthérée, trop soucieux,

Évoque sa muse, alanguie dans ses désirs,

Épanouie dans  ses rêves; bien heureux. 


Ton adoration, tes vœux chaleureux, 

Me font survoler tous les lieux communs, 

Nous nous ferons, confidences, aveux,  

Loin des Icebergs au froid trop vain. 


Surgira-t-il ce jour, trop incertain,

Désiré par la muse et son poète ?

Rêve et réalité, main dans la main,

Feront  la fête, à cette conquête.


A ce destin, je sens que tu es prête,

Ton corps, ce fourreau des plus sensibles,

Réagissant en dépit de ta tête,

Rapprochera ce moment indicible.


Ab. SALEMI le 05 juin 2018.

Tous droits réservés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.98 sur 388 votes