Partagez

Une nuit où je dormais dans le bois
Dans les Rocheuses canadiennes
J’ai été fasciné par les épinettes
Qui oscillaient en absence de vent
J’ai pensé qu’elles se balançaient
Au gré de la rotation de la terre
Comme les montagnes devaient
Se raidir pour ne pas s’écrouler
Puis j’ai écouté attentivement
Cette musique qui m’entourait
Vibrations venant de l’espace
N’était-elle pas la clef universelle
De toutes les portées des systèmes
Planétaires symphonie de l’infini



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.55 sur 11 votes