Partagez

La nuit m’excède // Une fleur de dahlia donne des idées au cœur // Un poème pour deux âmes étrangères qui se rencontrent sur un chemin qui ne mène nulle part // Que deviens-je après ce sourire boréal ? dis-je // Que deviens-je après t’avoir arraché aux vergers où tu chantais, jadis, sans répit ? me répond-elle // Soyons, alors, attentif aux mots pour ne pas déranger les vieilles gravelles dans un cœur qui n’oublie rien // Elle me donne des répliques sur le ton de Cupidon // Je lui donne des répliques sur le ton de Cupidon … // Nous laissons nos feux ainsi, débridés … // Nous laissons des chants de nos feux, ainsi, en haillons … // Si tu es vraiment mon amour, écris-moi une ode idéale // Écris mon prénom sur le tronc d’un arbre des Hespérides // Si tu m’aimes vraiment, rejoins-moi en un martyre aux cantiques des cantiques // Que la nuit est longue ! // A-t-elle un lendemain ? dis-je // Puis-je oublier le rouge des dahlias demain ? dit-elle // Puis-je oublier le rouge des dahlias ? me dis-je // Deux âmes étrangères qui se rencontrent sur un chemin qui ne mène nulle part // Ne sois pas si noir après mes lèvres ! me dit-elle // Tes lèvres sont ma nuit // Tes lèvres sont une nuit sans lendemain ! lui dis-je // Mon cœur est débordé d’une nuit étoilée mais éternelle // Elle me répond de son sourire boréal // Elle sourit encore et recèle les volutes de la nuit de ses doigts // Elle en suit des larmes : Prend-moi vers une île où les oiseaux au vol bleu se mêlent aux vagues // Elle en suit encore des larmes // Qui suis-je après t’avoir arraché aux vergers où tu chantais sans répit ? // Qui suis-je après ce sourire boréal ? // Nous laissons, ainsi, nos feux débridés comme le rouge d’un dahlia de mai // Mon poème me mène nulle part mais j’écris encore que la nuit m’excède.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 4 votes