Partagez

Là où je vis,

Las je suis !

Là où je vis les plantes ne nous méprisent pas !

Elles poussent en terre, pépères, sans sourciller

Les jardins s’exposent eux-aussi, je suis bien là

À les surveiller, à leur dire combien je les aime

**************************************************************************************************************************

Combien même je les arroserai, elle me préfère

À cette pluie divine, à cette eau venue du ciel !

Mes plantes sont mises en terre, loin de l’enfer

De ce monde décadent, qui vomit tout son fiel

*****************************************************************************************************************************************************************************************************************************

Là où je suis, même l’herbe n’est pas plus verte

Les arbres perdent souvent leurs feuilles, et puis ?

Serai-je caduc, je vis, tous mes sens sont en alerte

Je m’ effeuille, c’est drôle, un peu trop démentiel

***************************************************************************************************************************************************************************************************************************

Il m’arrive de me croire, assis sur un arc-en-ciel

Rêvassant et me prenant pour le grand sauveur !

Je brandis ma plume et aux âmes qui se perdent

J’envoie ma lumière et l’espoir pour leur éveil 

************************************************************************************************************************************************************************************************************************************

Las, je suis, le monde s’affronte, la terre frémit

Les bombes m’assiègent, l’effroi sème le doute

Oh enfants de la terre, fuyez le joug de l’ennemi

Ensemble nous irons ramener l’amour à sa voûte

********************************************************************************************************************************************************************************************************************************

Pour un ciel clément, pour que l’homme soit sage

N’a-t-il plus de sentiments, a-t-il perdu la raison !

Brandissons l’étendard car là sous son corps sage

Les nations ont encore des hommes et un horizon 

***********************************************************************************************************************************************************************************************************************************

Là où je suis, la colère gronde, s’avance la misère

Avons-nous besoin des guerres, j’ai envie de vomir

Vous êtes ces petites graines, ces plantes de naguère

Celles que nous devrions chérir au lieu de conquérir 

****************************************************************************************************************************************************************************************************************************

(Thierry Titiyab Malet) Le 11 avril 2018



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.64 sur 22 votes