Partagez

L’inconnue déambule vêtue d’un tailleur,
Son visage fermé, le regard ailleurs.
Séduisante, élégante, mais si transparente,
sa démarche lourde, sans désir de féminité,
translucide , elle erre vers une destinée.
Pourtant son visage cache une beauté .
On devine encore son charme passé.
la délicatesse, la finesse de ses traits
qu’un malheur opaque voile discret.
Je la regarde passer, je ressens un émoi.
J’aperçois virtuel sa prison, son carquois.
Sa peine comme un parfum pernicieux
diffuse à son insu un venin malicieux.
Je devine sa mélancolie, étrange spleen,
Attirée par mon intérêt, peu encline,
Son regard fuyant, le pas décidé,
Elle me rend un sourire timide,
Politesse, correction, règle d’usage vide.
Quel est donc cette souffrance,
qui frappe cette charmante passante ?
Quel courroux violent l’a frappée ?
Une intuition furtive aiguise ma curiosité.
Cette mélancolie animée par un profond chagrin,
une séparation, meurtrissure, le décès du conjoint.
Funeste fatalité que de perdre son aimé.
Un seul être s’en va et le monde s’éteint.
Que comprendre, improbables explications,
le cœur a ses raisons que ne connaît la raison.

Regret éphémère d’une rencontre gâchée,
La passante en tailleur s’éloigne.
Son cœur, son âme ainsi marqués.
sa tristesse m’a dans mon âme, touchée.
Empathie d’un moment, regard vers l’autre,
instant sublime,oubli de soi même, taraude.
Remord de ne pas lui confier un espoir,
déception de ne pas partager ces déboires.
La vie est belle, vivre l’instant présent,
ainsi jouer de la fatalité, un instant.
La mort ne vainc pas l’amour du disparu,
son souvenir le fait vivre en soi, vertu.
Ce sont les mots que je n’ai pas dit,
le réconfort que je n’ai pas donné et perdu
une partie de moi pour une autre meurtrie.
la femme en tailleur dans la foule a disparu.

Hébété , j’attends sagement ma compagne.
Son sourire jovial ses grands yeux verts.
A l’idée de la perdre j’angoisse, épouvantail,
et à mon tour, devenir pauvre passant solitaire.

Référence web: http://philippe-rotat.e-monsite.com/pages/pensees-vagabondes/la-femme-au-tailleur.html#s58hW5Ho4OOpIa9D.99



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes