Partagez

Regardant mes frères et sœurs,
agonissant sous les glaives de nos détracteurs.
Fixant cette destruction funeste.
Priant ces leurres
de ne point faire lovée l’aube céleste.
Qu’adviendra, lorsque s’emparera
de notre essence….
L’horreur et la peur.
Le vent souffle sur nos consciences,
les cendres de notre descendance.
Accompagnés de ceux qui nous étaient chers.
Là ou même nos connaissances,
ne peuvent nous rendre leurs présences.
Malgré les sortilèges et les rites.
La mer à son tour,
rejette les larmes de nos mères.
En cet instant même de pauvres innocents
envahissent nos cimetières.
Tant de spectres,
pour l’honneur de leurs créateurs.
Le sang qui s’y déverse,
circule aussi à l’intérieur de vos êtres.
Cette même sève visqueuse
imprègne notre empire.
Aucune noirceur ne se fait entendre
sans qu’aucun cri de terreur,
ne transperce nos peurs.
Quand bien même
à s’en crever le cœur.
Nous combattrions pour vos croyances.
Osant croire à un espoir sans fin.
Un pardon sans faille.
Espérant la venue d’un miracle.
Priant nos dieux
afin que notre côté soit cette blancheur.
pour ne pas s’égarer dans le néant
des plus molestant.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.56 sur 41 votes