Partagez

Inventer une ronde,
Qui ferait le tour du monde,
Avec des hommes, des arbres et de fleurs;

Y inviter des herbes folles,
Et ne plus avoir peur,
Des animaux qu’on appelle sauvages,
Et tous les autres dans leurs ancrages.

De la terre où le bonheur,
Devrait primer sur le malheur.

De cette planète voulons nous disparaître ?
Pour décider de la faire renaître,
Je préfère inventer une ronde,
Même si cela n’est qu’un songe.

Le soleil et la lune complices,
De ce conte qu’on nommerait magique,
Et d’inventer des étoiles,
Des couleurs géantes sur la toile.

Faire briller de tous les feux,
Des gerbes de couleurs, ce serait un jeu,
Et d’animer des marionnettes,
Qui n’auraient même pas de ficelle.

De voir les yeux des enfants,
Des cœurs joyeux et des amants,
Entrer dans une cour extraordinaire,
Où n’existent pas de révolutionnaires.

Remplacer les larmes par des rires,
Se réjouir d’y trouver des sourires,
Remplacer les rivières de drames,
Par des torrents emportant les armes.

On inviterait les nuages,
Dans cet utopique voyage…

Plus jamais ces sons et images,
De ces cris et de ces flammes,
Qui n’en peuvent plus d’entendre,
Les cris étouffés de ces âmes,
Qui peuplent notre univers,
Qui au nom du ciel ressemble à l’enfer…

Mais si l’on inventait une ronde,
Vous prendriez ma main et le monde,
Pour danser une ronde mappemonde.

Ce serait beau comme le bleu de nos yeux,
Les hommes oublieraient leurs bleus,
Dans une ronde farandole,
Qui ferait le tour du monde
On l’appellerait la ronde mappemonde…
Mary



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 8 votes