Partagez

La Route

( sonnet roulant )

 Le ciel doucement change de teinte,

Au loin, des lueurs crépusculaires

Striées de cyprès perpendiculaires

Les chandelles sont encore éteintes.

En ce fragile instant, nulle contrainte,

Au-delà flotte un nuage lenticulaire,

 Les cigales chantent leur vocabulaire 

 Les pneus ne desserrent pas leur étreinte. 

                                                                                                                               

  Le ruban sans fin déroule son asphalte, 

  Nul besoin de vitesse, de précipitation

  Le moteur ronronne avec conviction. 

  Filant vers le sud, le bitume tiède exalte

  Le temps, le lieu, l’esprit en contemplation

  La route file à l’infini, sans destination…

Gael Schmidt – Tous droits réservés



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.92 sur 25 votes