La vie achoppe… sonnet pour Michael

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Pinterest
Share On Reddit
Contact us

La vie achoppe, Michael,
Sur l’éloquence nonpareille
De nos échanges, en l’oreille
Instillant un poison mortel.

Le langage, si naturel,
A peine pensé dépareille
Du silence qui s’émerveille
Lui-même d’être seul réel.

Si fin soit l’esprit qui s’exprime
Les mots n’en sont pas moins un crime
Contre la contemplation

Dont le mystère manifeste,
Insuffle la tentation
D’en définir le propre geste.


Pour voter, vous devez être connecté (utilisez connexion facebook ou par email)
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
5.00 sur 1 vote(s)

2 commentaires

  1. Vraiment, vraiment joli ! comme dirait un de mes fils « je kiffe » vos poèmes. Bonne soirée à vous !

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez etre connecté: