Partagez

La vie est-elle offerte ou bien faut-il payer
De la mort son projet toujours qui nous échappe
Et guère nous agrée, alors qu’elle nous happe
Après avoir pourvu de quoi nous déployer ?

Insistons-nous assez sur le prix monnayé
Par la peur ressassée au fil du jour, qui sape
Notre ardeur véritable et rarement rattrape
Un désir altier en chemin fourvoyé ?

Contemplons, éprouvons, absorbons sa substance,
Omniprésent et pur substrat de subsistance,
Que nous puissions à plein exercer notre rut

Avant que d’altérer l’heure du dernier souffle !
L’esprit en se quittant exhaussera son but
Dans un ultime essor noir dont il s’époustoufle.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 6 votes