Partagez

La vie souffle le chaud et le froid
A toi de t’adapter
Si tu ne veux pas être soufflée
Comme un fétu de paille
Sur un grand éventail
Comme un épouvantail
Les jours gris
Enfile ton chandail
Et accroche ton sourire
Comme un remède à tout
Même à la solitude
Devenue habitude
Devant ton écran
Tu dessines le monde en grand
La vie souffle le chaud et le froid
De la chance à l’émoi
Il n’y a qu’un pas
Le courage n’est-il pas
De ne jamais mendier
Quoique ce soit
D’être toujours celle sur qui l’on peut compter
Bien plus que pour une seule journée
Il y a des combats
Dont on ne revient pas
C’est juste un dernier voyage
Vers d’où on ne revient pas
Quand on passe de la vie à trépas

Pascale Marlier



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes