Partagez

Je ne vais plus t’aimer, comme avant

Tu m’as interné dans un Manoir 

Abandonné seule à mes larmes

Qu’ai-je fais ?

Ai-je failli à mon rôle ?
Ne t’ai je pas été assez aimante 

Et pour te faire rire assez, drôle ?

Sache, mon Lord que j’ai fait le possible 

Et que j’ai été l’amante de l’impossible

Pour te rendre heureux

Aux déponds des requêtes de ma féminité

Que j’archivais dans les tiroirs, de mon âme

Comme toute mère et femme

Qui a foi

Et qui t’aime ?

Je te le dis et le déclare

Mais n’y crois pas à mes dires

Ni à mes paroles

Ni à mes déclarations

Je délire

C’est dû à mon désespoir

A mes larmes

Où je nage mains nues, sans rames

Aime-moi

Tant que tu peux

Et couve mon portrait

De ton bleu regard

Mon cœur saura que tu penses à moi

Comme je le fais,  moi

Aime-moi

Sans regrets,  sans rancune

Pas comme une banque

Ni comme un chèque signé à blanc

Je ne suis qu’un cœur de verre

Qui, sur les quais de ton cœur

Erre, solitaire

Maissa Boutiche, Algérie

Le 12/11/2018

Tous droits réservés



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.89 sur 334 votes