Partagez

-D’une journée de labeur,

Je t’aperçois rentrer,

Et tout autour de toi je voudrais m’enrouler,

Et me serrer tout contre toi,

Jusqu’à ce que la passion commence à monter,

Pour l’accomplissement de notre journée.

Mais nous sommes des personnes ordinaires,

Et quand tu me dis « chérie »,

C’est bien suffisant pour moi.

-Quelques fois tu es endormi,

J’aimerais vouloir t’emmener vers un ailleurs,

Mais je regarde le plafond,

Et je continue à rêver,

Que je t’aurais emmené au paradis,

Pour l’accomplissement de notre journée.

Mais nous sommes des personnes ordinaires,

Mais quand tu me dis « chérie »,

Ce n’est pas suffisant pour moi.

-( Illustration Yehuda Devir )



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.87 sur 8 votes