Partagez

                                              Lacrymogènes de ma pensée .

sous-le-titre.jpg

Le parterre de ma pensée bourgeonne

Mon cœur est monotone :

Un cycle de la vie lentement tourbillonne

Une autre période  s’y mêle et se couronne.

2eme-strophe.jpg

Mon chêne tient debout , commence à rougir

Car ses ramures vont mourir

Ses feuilles écarlates refusent cette vue

Ses branches pleurent d ‘être nues

Separer-les-strophes-2.jpg

De ma pensée, je les effeuille

En émotions dans ce recueil :

La  vie est un grand mystère

Une marche inexorable sur la terre .

Separer-les-strophes-2-1.jpg

Mes glandes lacrymales sont mes sources sur les ondes,

Ma sensibilité se heurte à l’injustice de la vision du monde

Et mes larmes coulent de mes yeux en des strophes de complainte ,

Les métaphores de défense sont en demi-teintes.

titre-1.jpg

En lamento, elles éclatent les lacrymogènes

La  …Crime … Mot … Gêne …

Les écrits des mots des anti- anxiogènes

Les cris des maux soufflent de l’oxygène

Separer-les-strophes-2-2.jpg

Ma muse sème ses vers sur la vie.

Elle se veut épanouie .

Mais un larmoiement ébranle mes vives idées:

Lacrymogènes de ma pensée.

Separer-les-strophes-2-3.jpg

On vit pour mourir : vivre, c’est  un jeu de dé;

On n’a pas la clé .

Personne ne sait ni le jour ni l’heure.

Le moment fatidique où l’on meurt .

Separer-les-strophes-2-4.jpg

J’ étudie tous les enchevêtrements

A assaisonner passionnément

A chaque saison, je tresse une oeuvre d’art

Vivre est mon art !

Separer-les-strophes-2-5.jpg

La sculpture rouille .

L’homme dans toute sa splendeur se mouille,

Il force les portes: vent et cyclone.

Il aimerait tellement avoir son clone :

10eme-stophe.jpg

Il espère un cadeau du présent

La colombe s’y pose précieusement

Et ce n’est que sa progéniture

Qui agrémentera le futur !

Separer-les-strophes-2-7.jpg

Ma pensée s’ouvre et me chuchote sans cesse :

– Oh ! Femme ! Réveille-toi ! Refais tes tresses

Tu avais huit ans et tu voulais être poétesse !

Alors, ne sois pas dans la détresse !

Separer-les-strophes-2-8.jpg

Elle étale  ses pétales en hardiesse :

– Cours au fond des forêts ! Calme la mousse des pêcheresses !

Oh ! Femme ! Lève -toi ! Dessine tes mots avec adresse

Ils ont les couleurs de l’amour, de tendresse et de caresse !

Separer-les-strophes-2-9.jpg

Toute éclose, elle murmure les secrets :

– Ne t’assois pas dans les draps satinés

Eve s’est levée

Pour l’enfant de l’humanité :

Separer-les-strophes-2-10.jpg

– Terre est ta mère .

La mer est amère :

Notre planète, à petits feux, elle meurt .

Ta pensée va chasser les pleurs :

14eme-strohe.jpg

–  Pour tous ceux qui ont faim, froids ,

Ils n’ont plus de toits !

Tous ceux qui ont perdu un être cher .

Tous les orphelins plus de mères et ni pères .

Separer-les-strophes-2-11.jpg

Je pense à cette femme : jamais la joie d’être mère .

A cet homme aigri de ne pas être père .

Mes pensées pour ceux qui vivent un enfer

Sur terre :

Separer-les-strophes-2-12.jpg

Vos souffrances sont aiguës

Des fines lames dans vos coeurs nus ,

Elle sont invisibles

Vos visages blêmes sont bien visibles.

17eme-strophe.jpg

A l’encre de mes mots ,

Mes laves coulent sur votre peau,

Je  brûle vos sanglots glacés,

Ne resteront que des perles enflammées.

derniere-strophe.jpg

Mes lettres diffusées sortent de moi,

Viennent de moi,

S’imposent à moi,

Malgré moi :

Separer-les-strophes-2-13.jpg

Elles ont des boutons pour vous,

Deviennent des fleurs pour vous,

Mûrissent de fruits pour vous,

Colorient vos douleurs à genoux !

Separer-les-strophes-2-14.jpg

Une gerbe d’argent d’un bouquet de câlins,

Tout est douceur de satin,

Telle une mousseline de soie,

Vos yeux seront extasiés de joie .

Separer-les-strophes-2-15.jpg

Mon imagination se pose de désirs :

Elle vous susurre à l’oreille des plaisirs :

Elle chavire le bleu de l’azur

Pour votre sourire pur .

Separer-les-strophes-2-16.jpg

Un ouragan tropical dans mon encrier

Toute ma pensée est dépouillée

Pour calmer nos tourments jamais résolus

C’est un recommencement absolu .

Separer-les-strophes-2-17.jpg

Mon concetto est clos, même si les sépales se flétrissent :

L’écho au-delà des monts me hisse !

Fleurs d’automne et de l’hiver en accompagnatrices

Mes vers, je les tisse .

AVANTderniere-STROPHE.jpg

Ils seront déposés dans un jardin de pensées de délices.

Mes larmes se lient à ma pensée de créatrice

Pour tous ceux qui souffrent,

Lacrymogènes explosent avec mon volcan et son soufre .

derniere-strophe-1.jpg

LUCYE RAYE  2 septembre 2018

Je vous ai livrés ma pensée dépouillée avec une défense de lacrymogènes ( très long ) mais je ne découvrirai  jamais le mystère . Bonne journée et belle semaine .



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.91 sur 211 votes