Partagez

Je n’ai jamais imaginé
Qu’un jour je t’oublierai
Que tu seras ignorée.
Oui, Je suis étonné !

Et quand parfois tu resurgis
Dans les sombres moments,
Spontanément j’agis…
Sagement.

Je ferme les yeux.
Une brève méditation
Puis, une longue inspiration.
Et je prononce l’adieu.

Je les ouvre après sur la réalité
En étant serein.
De mon bonheur je suis souverain.
Et je reprends sans difficultés.

Je t’ai donné mon coeur.
Confié mon âme.
Tu les as rendu infâmes.
Que du malheur !

Je continue sans toi.
Je n’y suis pour rien
Si j’ai perdu la foi.
Désormais, tu pars ou tu reviens.

Peut être on se verra,
Quand le printemps fleurira.
Sur les falaises d’Azeffoune,
Où ma secrète guitoune.

Je te prendrai alors dans mes bras.
Mon coeur sans doute battra.
Mais je regarderai dans tes yeux
Et…je prononcerai l’adieu.

Amazigh Dré. 31/10/2017. TIZI-Ouzou. Algérie



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 6 votes